Culture & développement durable

Retrouvez les Tables Rondes, ateliers et rencontres sur le thème du développement durable
Les enjeux du développement durable sont de plus en plus intégrés à toutes les étapes de la chaine d'un projet culturel. Le ministère de la Culture encourage cette démarche par de nombreuses initiatives, et les acteurs de la culture développent des projets innovants dans ce champs.

/ POUR PARTICIPER SUR PLACE

> Inscription gratuite et obligatoire

Mercredi 29 septembre 

 

Atelier « La Responsabilité Sociétale des Organisations dans la culture »

14h-15h30 – salle 1

La responsabilité sociétale des organisations, qui est la contribution volontaire des organisations au développement durable, émerge comme un sujet rendu plus prégnant dans un monde où la pandémie de Covid-19 s’est installée. Elle offre aux organisations l’opportunité de démontrer leur prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux dans leurs activités économiques en lien avec les parties prenantes (salariés, clients, prestataires, partenaires, habitants, pouvoirs publics…).

À partir d’une rétrospective des travaux les plus récents concernant la RSO dans le domaine culturel et du témoignage des participants, l’objectif de l’atelier sera de transmettre des outils et ressources pour que chacun puisse mieux envisager de se lancer dans une démarche de RSO, tout en questionnant les liens entre référentiels de l’économie sociale et solidaire et référentiels du développement durable.

Animation :

Claire Chaduc, Alterculture
Lucile Rivera-Bailacq, Opal

 

Atelier « La prévention des risques psychosociaux dans les organisations culturelles de l’ESS »

15h45-17h15 – salle 1

Le champ associatif culturel semble avoir des difficultés à appréhender les questions de santé au travail et de prévention des risques psychosociaux (RPS). Ceci peut s’expliquer en partie par les spécificités du secteur, parmi lesquelles on peut identifier les modes organisationnels, la précarité des emplois et la notion de métier « vocation » ou « passion ».

S’interroger sur les RPS dans le secteur culturel amène à se poser les questions suivantes : comment l’organisation et les processus du travail propres au secteur culturel intègrent-ils les questions de santé au travail ? Comment les professionnels vivent-ils l’ambivalence du lien entre employeur et salariés dans un cadre relationnel et contractuel semblant trop souvent informel et flou, et dans lequel la dimension de métier vocation ou passion accentue un investissement personnel important, sans être accompagné d’une reconnaissance symbolique et matérielle, comme la rémunération ? Quelles sont les particularités des modes d’agir en Économie Sociale et Solidaire dans le secteur concernant ces risques et leur prévention ?

Animation :
  • Marc Bouchet, La Belle Idée
  • Dellya Ombade, Opale

 

Atelier « Une relation au travail du monde d’après ? »

17h30-19h – Salle 1

La dernière enquête d’Opale sur les structures culturelles et artistiques employeuses de l’ESS met en évidence les spécificités du travail et de l’emploi au sein des associations et des coopératives du secteur : travail sur projet, petites équipes, temps partiels, organisation du travail différenciée suivant les domaines, postes permanents fortement féminisés, etc. L’étude montre une certaine fragilité, précarité et dispersion de l’emploi.

La crise sanitaire a par ailleurs durement touché le champ culturel, et a fortement re-questionné le travail (son sens comme son organisation) et les formes d’emplois. Comment les acteurs culturels de l'Économie sociale et solidaire se sont-ils emparés de ces questionnements, quelles réponses ont-ils proposé sur les territoires (mutualisation d’emplois et coopérations diverses, coopératives d’activité et d’emploi, collectifs artistiques et culturels, groupements d’employeurs, etc.) ?

Les échanges lors de l’atelier permettront de reconsidérer les relations de travail employé/employeur, d’observer le souhait pour certains acteurs de dépasser l’alternative entre travail salarié subordonné et travail indépendant précarisé, d’analyser l’émergence de nouveaux liens, de nouvelles modalités (télétravail, etc.), l’articulation des enjeux personnels, professionnels et sociétaux ou environnementaux.

Animation
  • Luc de Larminat, Opale

 

/ POUR PARTICIPER SUR PLACE

> Inscription gratuite et obligatoire

 

Jeudi 30 septembre

 

Table ronde « La culture face aux défis environnementaux »

14h-15h15 - salle noire

Intervenants : 

Camille Pène : exposé sur les enjeux environnementaux de la culture

  • Olivier Lerude, haut fonctionnaire au développement durable, ministère de la Culture
  • Pervenche Beurier, écoprod
  • Lucie Marinier, chargée de mission pour la prospective, l’innovation et l’espace public, direction des affaires culturelles, Ville de Paris
 Modération : 
  • Camille Pène, les Augures  

 

Table ronde « Economie circulaire : du concept à la pratique »

15h30-17h - salle noire

Intervenants : 
  • Mathieu Delahousse, Co-Fondateur et Président, Secoya Eco Tournage
  • Annabel Vergne & Quentin Rioual, Augures Lab Scénogrrrraphie 
  • Sandrine Andreini, directrice, La réserve des Arts
  • Yann Burlot, fondateur, Récupscene
  • Louise Dubois, designer, Atelier Aïno
  • Amandine Langlois, responsable recherche et développement, Pierre Plume, créateur de matériaux en textile recyclé
Modération : 
  • Camille Pène, les Augures  

 

Table ronde « Sobriété numérique et industries créatives : quelle entente durable ?»

17h15-18h45 - salle noire

Les ressources numériques interviennent aujourd’hui à toutes les étapes du cycle de vie des contenus culturels et créatifs (audiovisuel, streaming, jeux vidéo, réalité virtuelle...). Si ce constat est incontestable, le sujet de l’empreinte environnementale du numérique reste, lui, encore peu abordé et souvent méconnu. Pourtant la transition numérique apparaît à la fois comme un outil et un défi pour une création écoresponsable et une transition écologique des industries culturelles et créatives. Comment les professionnels du secteur s’emparent-ils de l’enjeu d’une sobriété numérique ? Comment mesurer et diminuer l’empreinte numérique des productions et des usages qui y sont associés ? Quelles initiatives sont mises en place et quelles pistes restent à explorer ?

Intervenants :
  • Landia Egal, productrice, réalisatrice et scénariste VR, fondatrice de Tiny Planets
  • Pascale Garreau, cofondatrice et directrice éditoriale, agence Savoir*Devenir
  • Benoît Ruiz, cofondateur, Workflowers et expert innovation/environnement Games London, CST, Film London…
  • Marine Schenfele, corporate Responsability Director, Canal+
Modération :
  • Laurie Etheve, chargée d’affaires communication au LINCC – Paris&Co et co-rédactrice du livrable Industries créatives et transition écologique : De la prise de conscience à l’action (2020).

Rencontre coorganisée par LINCC, l’incubateur des industries numériques, culturelles et créatives de Paris&Co.

 

 

/ POUR PARTICIPER SUR PLACE

> Inscription gratuite et obligatoire