Lumière sur le design pour le prochain Forum Entreprendre dans la Culture Grand Est

Publié le 21.11.2018
En région Grand Est, le 29 novembre prochain, le Forum Entreprendre dans la Culture prendra la forme d’une journée spéciale consacrée au design. Chargée de l’entrepreneuriat culturel à la DRAC Grand Est, Claire Antony revient sur ce choix thématique fort.
© Bertille Chéret

1/ Alors que la grande majorité des Forums Entreprendre dans la Culture brasse un large panel de domaines d’activité, vous avez opté pour un format thématique mettant à l'honneur le monde du design. Pourquoi ce choix ?

Ma fonction à la croisée entre entrepreneuriat culturel, enseignement supérieur et métiers d’art m’a rapidement fait prendre conscience qu’il existait dans la région une carence dans l’accompagnement des jeunes diplômés à la création d’une activité économique. À l’automne dernier, la 1re édition du Forum Grand Est Entreprendre dans la Culture a rassemblé 500 participants à Nancy, un succès qui a confirmé ce besoin d’information et de rassemblement autour de thématiques professionnelles.

Au moment de concevoir une 2e édition, nous nous sommes posé cette question : pourquoi ne pas organiser un Forum triennal, et, dans les années intermédiaires, proposer des journées sectorielles ? On trouve à Strasbourg de nombreuses filières de formation consacrées au design, l’Université de Strasbourg est elle-même réputée pour l'enseignement de cette discipline. Le choix du design s’est imposé comme une évidence. Changement de cap l’an prochain avec une thématique différente à Reims !


2/ Comment organiser un Forum véritablement régional, susceptible de concerner l’ensemble des acteurs d’une filière, mais aussi tous les entrepreneurs culturels ou jeunes diplômés travaillant sur le territoire ?

Sur la filière design, le travail a été axé sur des échanges réguliers avec des professionnels installés dans la région, les quatre écoles d’art du territoire (ESAL Lorraine, ENSAD Nancy, ESAD Reims et HEAR Strasbourg-Mulhouse), mais aussi avec les lycées professionnels, notamment le lycée Le Corbusier dont le Pôle Design réalise un travail remarquable et reconnu. Ces rencontres ont permis de définir les principaux enjeux de la filière, avec l’objectif de ne pas faire doublon avec les événements organisés par ces mêmes écoles sur des axes pédagogiques et de recherche. D’où l’idée d’un parti pris thématique englobant : l’économie du design.

Un autre aspect a été essentiel : la mobilité. Rendre le Forum accessible en faisant en sorte que tous les chemins mènent à Strasbourg ! Cette journée sera réellement régionale avec la mise en place de navettes à disposition des étudiants au départ de Metz, Nancy ou Épinal.


© Bertille Chéret

3/ Quels regards apporteront les designers invités à intervenir au cours de cette journée qui leur est consacrée ? 

Le design est une discipline transversale, loin de l’image de l’objet de luxe ancrée dans l’imaginaire collectif. Il est à la fois une méthode de travail, une vision interdisciplinaire et un champ d’application profondément éclectique.

Nos invités contribueront à représenter cette formidable diversité : l’objet mobilier bien sûr, avec la présence de Steelcase, leader mondial des aménagements de bureau, qui a installé l’une de ses antennes dans le Bas-Rhin ; le design de service avec La 27e Région, au service de la transformation des politiques publiques ; la typographie avec l’Atelier National de Recherche Typographique (ANRT) installé depuis 2000 à l’École nationale supérieure d’art et de design (ENSAD) de Nancy ; les objets connectés avec Les Arts Codés, coopérative d’entreprises alliant numérique et création… De nombreux autres designers seront présents pour nous éclairer sur les défis à relever par la filière.


C’est l’objectif principal de cette journée Grand Est : montrer toute la richesse du design d’aujourd’hui et de demain

L’entrepreneuriat culturel est toujours affaire de rencontre. Le design n’échappe pas à la règle. C’est pourquoi nous avons aussi choisi de proposer une table ronde conçue sur le principe du binôme formé par le commanditaire et le designer. Comment une rencontre se crée autour d’un projet ? Quelles méthodes de travail adopter ? Comment intégrer la vision de l’autre ? Autant de questions essentielles qui sont rarement traitées en tant que telles et qui écrivent souvent de belles histoires, à l’image de la rencontre entre la designer Eugénie Delarivière et Emmaüs Alternatives.


4/ La région Grand Est est particulièrement concernée par la question transfrontalière. Dans quelle mesure le design a-t-il vocation à se penser et se pratiquer par-delà les frontières ?

Chaque pays propose un événement d’envergure en matière de design, sans que pourtant l’information ne passe les frontières. L’information doit mieux circuler avec nos voisins. J’ai par exemple appris l’existence d’une pépinière de designers à Bruxelles, qui accueille des artistes étrangers. Quel dommage de ne pas le savoir : nous pourrions proposer cette perspective à des designers français !

Il était important, selon moi, d’avoir à travers ce Forum un temps d’échange ouvert sur l’Europe. Accueillir des intervenants suisses, allemands ou belges pour amorcer une coopération transfrontalière. Je me réjouis à ce sujet de l’organisation du 1er Forum franco-allemand Entreprendre dans la Culture en Allemagne, qui aura lieu à Mannheim les 7 et 8 avril prochains. À l’initiative de l’ambassade de France en Allemagne et du ministère de la Culture, cet événement contribuera à ancrer plus encore l’entrepreneuriat culturel dans un écosystème véritablement européen.

Favoriser la rencontre, c’est donner la chance à des projets de germer au-delà des frontières


Découvrez toute la programmation du Forum Grand Est sur www.culture.gouv.fret inscrivez-vous aux ateliers et tables rondes sans attendre !