« Le transfrontalier a valeur de laboratoire » : rencontre avec Catherine Briat avant le Forum Allez Hop !

Publié le 27.03.2019
Le Forum Entreprendre dans la Culture pose pour la première fois ses valises en Allemagne, à Mannheim, du 3 au 5 avril prochain. L’occasion d’en savoir plus sur le contexte de création et de production franco-allemand en compagnie de Catherine Briat, conseillère culturelle à l’Ambassade de France en Allemagne et directrice de l’Institut français d’Allemagne.


1/ Le Forum Grand Est avait déjà pointé du doigt la nécessité de penser l’entrepreneuriat culturel de manière transfrontalière. Dans quelle mesure le Forum « Allez Hop ! » prolonge cette réflexion ?

Catherine Briat : Lorsque l’on regarde ce qui se passe aujourd'hui entre la France et l'Allemagne en matière d'industries culturelles et créatives, on constate que l'écosystème d'innovation reste encore peu animé par des événements professionnels communs. Ce contexte laissait la place à l’organisation d’une opération récurrente pour susciter des rencontres et approfondir le dialogue entre les deux pays.

Le Forum « Allez Hop ! » s’inscrit en outre dans un contexte politique marqué par la récente signature du Traité d’Aix-la-Chapelle, le 22 janvier dernier. Il s’agit désormais de mettre en œuvre les ambitions et notamment de renforcer les liens transfrontaliers. Les attentes sont très fortes autour de l’événement car il constituera une première et le point de départ d’une politique de coopération concrète et féconde.

Le transfrontalier a valeur de laboratoire, il doit favoriser l’éclosion et l’essaimage de projets innovants


2/ Dans ce contexte, quelles sont les passerelles à construire pour dynamiser l’entrepreneuriat culturel franco-allemand ?

C. B. : Les pistes de développement sont pragmatiques, avec l’ambition de stimuler un écosystème véritablement transfrontalier grâce à des mesures incitatives. Deux axes forts se dégagent : le soutien financier, à travers la création d'une structure d'accompagnement propre à la zone transfrontalière, et les incubateurs. Sur ce dernier point, l'un des objectifs est d'inclure les incubateurs de start-up dans le cadre des régimes dérogatoires stipulés dans l'article 13 du traité d'Aix-la-Chapelle. Surmonter les obstacles à la coopération en créant des structures originales dédiées : c'est tout l'enjeu de ce traité.


3/ Qu’est-ce qui rapproche et oppose les deux pays dans le domaine des ICC ?

C. B. : France et Allemagne sont deux locomotives culturelles en Europe. Le marché allemand représente un véritable poids lourd dans les secteurs de l’industrie musicale, du théâtre ou du cinéma. De son côté, la France s’est positionnée à la pointe de l’innovation culturelle. Pourtant, les tissus et les cultures économiques restent très différents. Contrairement à la France, l’Allemagne n’est pas un pays de start-up, mais plutôt de moyennes et grandes entreprises. Elle excelle à l’export mais soutient peu la création, comme en témoigne un tissu d’incubateurs encore modeste – à l’exception de Berlin, notamment dans le secteur des médias.

La culture vit en Allemagne sur un paradoxe : son poids économique est incontestable, mais elle n’est pas encore perçue comme un marché de l’entrepreneuriat innovant


4/ Quand on évoque l’innovation culturelle en Allemagne, on a parfois tendance à tourner spontanément le regard vers Berlin. Pourquoi avoir choisi Mannheim ?

C. B. : Au-delà de sa proximité avec Strasbourg, située à 1h de route, Mannheim possède de nombreux arguments : la ville a massivement investi dans le digital et dans les ICC ces dernières années ; elle accueille le célébrissime festival techno Time Warp et des festivals d’indie pop, de jazz ou de design reconnus ; elle a fondé il y a 15 ans déjà une école musicale unique en son genre, la Popakademie ; le dynamisme de son écosystème d'innovation est assuré par un incubateur de poids, STARTUP Mannheim. Mannheim est une ville audacieuse, pour qui l'innovation est naturelle.


5/ La programmation fait la part belle à l’industrie musicale et au musée. En quoi ces deux domaines se nourrissent davantage que d’autres de cette culture digitale dont vous avez fait votre thématique principale ?

C. B. : Industrie musicale et musées ont en commun d'avoir été profondément transformés par le digital et de continuer d'inventer leurs modèles. Depuis plusieurs années maintenant, on assiste à de véritables révolutions en cours sur les formats, les publics, les expériences vécues. Ces deux focus étaient d’autant plus incontournables dans une ville comme Mannheim, connue pour sa culture musicale et marquée par la présence de la Kunsthalle, rayonnant musée d'art moderne et véritable moteur d'innovation.




6/ S’il y avait un enjeu à retenir dans l’organisation de ce premier Forum franco-allemand ?

C. B. : Convaincre les start-up françaises, dont l’intérêt pour ce qui se crée de l’autre côté du Rhin reste mesuré. C’est pourquoi nous avons souhaité lancer un appel à participation pour inviter des porteurs de projets français à nous rejoindre à Mannheim. C’est d’ores et déjà un succès grâce à la cinquantaine d’entrepreneurs ayant répondu présent. Nous allons également faire « pitcher » 10 start-up, avec à la clé pour les deux gagnants une expérience dans un incubateur de la Région Grand Est (pour le lauréat allemand) et un séjour dans un incubateur allemand (pour l’heureux élu français).


7/ « Allez Hop ! » : l’intitulé du Forum détonne par son originalité...

C. B. : C'est une envie qui s'est dégagée dès nos premières réunions : donner un nom porteur d'énergie, non anglophone malgré la dimension internationale du Forum. Ce sont nos amis allemands qui ont proposé la locution "Allez hop !", en expliquant à notre grande surprise qu'elle était encore utilisée dans certaines régions d'Allemagne du Sud et partagée par toutes les générations. "Allez hop !" est une injonction profondément positive, qui sonne et reste en mémoire !

« Allez Hop ! » incarne le pas à franchir, l'absence de barrière, l'énergie créatrice


Retrouvez le programme complet du Forum sur allezhop.eu

Restez connecté.es et suivez le Forum sur Facebook et Facebook Event, Instagram, Twitter et LinkedIn.